image SAINT-OUEN-L’AUMONE (95) – 91 logements en accession image PARIS 13 – Cuisine centrale, Plateforme de stockage, Restauration scolaire / Conception réalisation en filière sèche

LAM architectes – L'atelier Meurice LAM architectes – L'atelier Meurice

PARIS 12 – 20 logements + 1 crèche de 66 berceaux

Architecte : Bertrand Meurice
Surface : 2 375 m² SDP
Coût travaux : 6 760 151 €HT
Mission : de base – concours restreint, projet classé 3ème
Maître d’ouvrage : PARIS HABITAT

Le site d’assiette du projet se trouve à l’articulation de plusieurs architectures aux matérialités diverses:
– Immeuble de faubourg du XIXème siècle aux façades enduites ou de remplissage brique et aux toitures zinc.
– Ecole élémentaire du XIXème siècle et sa façade de pierre massive et de modénatures de briques.
– Grand ensemble des années 1950-60 au système constructif rationnel s’exprimant dans ses façades lisses (rives de planchers béton laissées apparentes et pierre massive).
– Immeubles résidentiels des années 1980 à l’architecture généreuse héritée du mouvement moderne, avec ses larges baies vitrées et balcons filants au sud, constituant des façades épaisses.

Par sa position en alignement sur la rue des Meuniers, le nouveau corps de bâtiment de logements constitue un premier front bâti annonçant et mettant en valeur l’intérieur d’ilot.

Sur rue, sa façade respecte le gabarit-enveloppe (R+4+T) mais n’excède pas la hauteur de l’immeuble XIXème siècle auquel elle s’accole. Elle en reprend dans son dessin les modénatures de bandeaux filants par le réemploi du principe constructif du grand ensemble (rive de planchers béton laissées apparentes et pierre massive). Ce principe de façade se retourne en pignon par une façade plus large que haute (R+3) pour venir constituer l’articulation de l’espace public annonçant l’entrée à la fois de la résidence et de la crèche.

Un travail sur la porosité du bâti sur rue est réalisé : larges « empochements » que constituent les loggias et balcons aménagés non en débord mais à l’intérieur même du corps de bâti ; échancrures des niveaux 4 et 5 partiel pour obtenir un rapport au ciel de l’« attique » plus poreux et laisser passer a lumière du sud dans la rue.

En termes d’image, au corps de bâtiment de logements sur rue vient s’adjoindre en intérieur d’ilot un jardin occupé par le bâtiment/paysage de la crèche.
Cette disposition s’exprime jusque dans la matérialité du bâti : minérale sur rue (béton et pierre), végétale sur jardin (bois et végétalisation des façades et des toitures).

La crèche est souhaitée discrète, tournée vers ses espaces intérieurs, s’insérant en profitant au mieux de la topographie du terrain en pente. Se développant uniquement de plain-pied en rez-de-chaussée – pour également des raisons de praticité et de fluidité – elle permet le maintien de vues dégagées en intérieur d’îlot, participant à la création d’un nouveau paysage partagé.

error: Content is protected !!